Les rôles se sont inversés, les gens qui me reprochaient d’être végétarienne le sont maintenant.

Pour ceux de mes lecteurs qui auraient le mauvais goût de ne pas connaître cette attachante blogueuse mode frenchie qui a 1,5 millions  de fans sur les réseaux sociaux, un peu de culture gé par ici 😀 :

bettyArticle des Inrocks : Betty Autier, la vie après le blog. (cliquez)

Dans son récit autobiographique Betty, la blogueuse se confie sur son rapport complexe à la nourriture, et évoque notamment son retour à l’omnivorisme après 20 années de végétarisme.


  • Tu as été végétarienne pendant 20 ans, qu’est ce qui t’a poussé à arrêter ?
J’avais des troubles de l’alimentation. Boulimie / hyperphagie / périodes anorexiques. Je ne dis pas que tous les végétariens ont des troubles, c’est simplement mon histoire, mon corps. En tant que végétarienne, je mangeais peu de protéines, beaucoup de produits céréaliers, du pain, des pâtes, des protéines végétales comme le tofu.
je pense que je me suis créée une dépendance aux glucides par manque de protéines animales. J’étais désespérée et totalement obsédée par la nourriture. J’ai également développé un vitiligo tardif et j’ai été diagnostiquée spasmophile. (Je ne fais pas forcément le parallèle avec le végétarisme, mais disons que ça commençait à faire beaucoup de maladies psy…)
L’anecdote étrange c’est que juste avant de remanger de la viande, j’ai eu une lueur d’espoir en me tournant vers le véganisme. L’expérience a duré une semaine et du coq à l’âne, comme une évidence je me suis dit que je devais écouter mon corps.

« Tout d’abord j’ai cessé d’être végétarienne. Vingt ans d’excès de glucides et de manque de protéines m’ont laissé de nombreuses séquelles. Aujourd’hui je remange de tout. J’aime toujours les animaux et j’essaie au maximum d’acheter de la nourriture éthique et bio. J’ai lu le Mythe végétarien de Lierre Keith, une ex-vegan revenue de son véganisme tout en cherchant à aider la planète et les animaux qu’elle adore par dessus tout. Très intéressant, je vous le recommande ! Ce livre est plein de surprises et m’a appris les belles choses de la vie et, surtout, que j’étais une omnivore bien plus responsable que la végétarienne peu engagée que j’étais. »

(Extrait de https://www.librairieflammarion.fr/livre/10164733-le-monde-de-betty-betty-autier-flammarion)

betty
  • Il y a de plus en plus de gens qui deviennent végétarien ou vegan,  tu penses que c’est une mode  ?
Je pense que je remange de la viande ou moment où c’est très mal vu, au même titre que je suis devenue végétarienne dans les 90’s  et que c’était mal vu à cette époque.
Toujours à contre courant ^^

Les rôles se sont inversés, les gens qui me reprochaient d’être végétarienne le sont maintenant.

« Quand j’avais à peu près 11 ans, ma sœur ma mère et moi sommes devenues végétariennes, principalement par conviction, mais surtout pour défendre la cause animale dont nous nous étions très proches ; c’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui. J’ai toujours été une enfant et une adolescente très mince. A cette époque, je ne contrôlais pas du tout mon alimentation. Je me souviens que, dans les années 1990, c’était compliqué d’être végétarienne. A la cantine, faute de plat adaptés à mon mode de nutrition, je me retrouvais bien souvent avec un paquet de chips et deux desserts pour compenser. »

(Extrait de https://www.librairieflammarion.fr/livre/10164733-le-monde-de-betty-betty-autier-flammarion)

  • Est ce que les produits animaux t’avaient manqué pendant toutes ces années ?
Oui, mais mon amour des animaux m’avait persuadé que non. Jusqu’à développer une aversion totale pour la viande (vision, odeur …) je me disais que le jour où j’en mangerais par erreur, je vomirais.
Auto persuasion.
  • Qu’as tu remangé en premier ? 
J’ai décidé de remanger du poisson, d’ailleurs c’était mon deal perso au début : juste du poisson. J’ai acheté une boite de thon Petit navire (dans mes souvenirs j’aimais bien ça.) J’ai noyé le tout dans une omelette. C’était ignoble, pas bon et je me sentais honteuse. Mais j’étais contente, je ne pouvais plus faire marche-arrière, ma fierté de dire « ça fait 20 ans que je suis végétarienne » stoppait net. Donc malgré cette mauvaise première expérience j’ai décidé de continuer. Rapidement j’ai été m’acheter de la viande des grisons (dans mes souvenirs j’adorais également ça). Je ne me suis mise aucune limite j’ai tout goûté ensuite, huîtres, fruits de mers (que je n’avais jamais mangé de ma vie), kebab, black angus, Mc Donald’s, etc.

Processed with VSCO with hb2 preset

  • Que réponds-tu aux gens qui te disent que tu as fait marche arrière, que tu as régressé en remangeant de la viande ? Cela arrive qu’on te dise ça ?
Ça m’arrive et je ne cherche pas à polémiquer. Parce que j’ai beaucoup d’affection pour ces personnes que je pense bien intentionnées.
C’est tout simplement moi quelques années en arrière.
Comment puis-je leur en vouloir ?
Je leur conseille de lire le livre de Lierre Keith, le « mythe végétarien », qui a eu une grosse influence sur mon retour à l’omnivorisme.
En général ils ne le lisent pas, je n’aurai pas voulu le lire non plus à leur place.
Pas le bon moment pour eux.
  • Comment tes proches ont-ils vécu le fait que tu redeviennes omnivore ?
Ma sœur très bien, on est devenu végétariennes au même moment et coïncidence ou pas, le jour ou je lui ai avouée un peu honteusement remanger de la viande, j’ai halluciné qu’elle me fasse la même confession. Encore plus troublant, c’est arrivé le même jour, sans aucune concertation. Les mystères du cerveau…J’ai vu ça comme un signe.
Par contre mon petit ami de l’époque, qui pourtant mangeait de la viande (et subissait mon végétarisme) était très déçu !!! Il a tenté de me convaincre de rester végétarienne, le soir même il m’a invité dans un resto végétarien !
Je pense que ça devait l’arranger d’avoir une petite amie douce et fragile, végétarienne. Que cette nouvelle image de moi ne devait pas lui convenir. On s’est d’ailleurs séparé peu de temps après, la nouvelle Betty n’a pas du lui plaire.
  • Qu’est ce que toute cette expérience t’as apporté ?
Je pensais enfin me débarrasser de mes troubles de l’alimentation, j’ai été déçue au bout de quelques mois ne voyant rien venir…et puis au bout de 8 mois sans même y penser, je me suis aperçue que je retrouvais la sensation de satiété, je ne finis pas mes assiettes, je ne suis plus obsédée par la nourriture. Tout commence à se rééquilibrer pour mon plus grand plaisir. J’ai toujours du vitiligo mais il commence à partir, je m’expose au soleil sans protection en écoutant mon corps, je suis toujours spasmophile, aucune amélioration de ce côté.
J’ai gagné en sociabilité également, la convivialité, car je mange de tout. Je ne suis plus celle qui demande un menu spécial, qui décortique son assiette quand il y a un doute.
  • Comment tu te sens maintenant ?
Mieux, j’attends de voir la suite maintenant, car ça fait seulement 2 ans que je remange de tout.

betty-boop
Publicités

43 commentaires sur « Les rôles se sont inversés, les gens qui me reprochaient d’être végétarienne le sont maintenant. »

  1. Tu as éveillé ma curiosité avec ce livre, je vais le lire ! J’ai toujours mangé de tout, je viens du Gers, le royaume du foie gras mais depuis peu j’ai une aversion pour la viande ou même le poisson ! Je vois de plus en plus de choses qui me dérangent je pense quant au mauvais traitement des animaux et ça a le don de me dégouter… du coup je trie de plus en plus mes aliments mais ce n’est pas vivable !
    Merci en tout cas grande soeur de Betty pour cet article !

    J'aime

  2. Ca faitdu bien de lire ça parce que je traverse exactement la même chose. Arrêter la viande, c’est mal, recommencer, c’est mal. En fait, les gens jugeront quoiqu’on fasse parce que c’est dans la nature humaine de voir la paille dans l’oeil du voisin…

    Au final, chacun vit sa vie alors arrêtons de perdre notre temps à s’inquiéter du regard des autres et apprécions le voyage. Et puis c’est tout!

    Peace

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui, ca fait du bien de se dire qu’on est plusieurs à n’avoir pas profité de cette alimentation, et que ce n’est pas parce qu’on aurait fait quelque chose de mal, ou par ignorance. Je déplore cette tendance à incriminer en priorité les personnes, pour éviter d’érafler une idéologie. Mourir pour des idées ….. Merci pour ton com » Jess :*

      Aimé par 1 personne

  3. Article fort interessant! J’espère que vous ne prêtez pas attention au monceau de critiques sur les réseaux sociaux, les gens critiqueront toujours des choix et situations qu’ils ne comprennent pas. Lorsqu’il faut se refaire une santé,il faut écouter son corps avant tout.

    J'aime

    1. Merci pour ces sages paroles Sanya :* J’ai confiance paradoxalement dans le fait que plus il y aura de témoignages comme celui ci ( et ce sera immanquablement le cas…), plus les gens ouvriront les yeux. Après, les critiques se porteront sur un autre choix par contre hélas…. Mais bon ^^

      J'aime

  4. Et moi de me sentir mal-vêtu maintenant !

    Je n’ai plus de complexe à manger de la viande et des laitages,
    Mais je dois maintenant faire un effort sur mes tenues
    Quand je vois ce qu’il est possible de faire avec Betty.
    Bien que pour ma part je sois pourvu de corones,
    La mode ça inspire qu’importe le sexe ^^

    Toujours est-il, je suis content de ne pas habiter Paris sur ce sujet vg (ouf!)
    Même si je n’essuie pas de critique personnelle d’être repassé du côté rouge de la force,
    Je ressens que de plus en plus de gens s’apprêtent à arrêter la viande, et à donc
    Tôt ou tard tomber dans un véganisme plus ou moins dogmatique.
    Mais quand on me dit un truc du genre c’est souvent suivi d’un
    « Oui mais le fromage je peux pas m’en passer ».
    Une anticipation du cycle de compensation sans fin. Le vertige!

    Top article, top interview 🙂

    J'aime

  5. Une personne qui a des troubles alimentaires incrimine une alimentation ! Vraiment le pire exemple a suivre , m’enfin chacun ses sources. Les valeurs sont inversé de nos jours …

    J'aime

      1. Solution amidon (si vous traduisiez littéralement) . La plupart des femmes ont des troubles alimentaire a cause de la vague de régime low-carb orchestrée par des promoteurs de viande et de fromages. Les troubles alimentaires chez les jeune femmes n’ont rien a voir avec le végétarisme. mais sont aménagés dans le végétarisme. Mais vous prétez tous les maux à l’alimentation alors que ceux si viennent des personnes elles-mêmes. Bref c’est un beau conditionnement psychologique très dur à surmonter !

        Aimé par 1 personne

      2. Tu es tellement sûre de toi que ca me laisse rêveuse. Place au doûte pitié 🙂 Et écouter les gens, écouter les gens…. C’est un préalable absolulent nécessaire selon moi. Bon starchy, je te dis au prochain commentaire sur mon prochain billet fidèle au post n’est ce pas :p

        J'aime

      3. Les troubles sont tellement plus compliqué que cela. J’en reviens d’ailleurs et c’est très compliqué. Oui je me suis abonnée pour rire un peu. Il faut de tout pour faire un monde. Bon weekend à vous.

        J'aime

      4. Oui surtout la curiosité de voir vos sources et surtout vos personnalités auxquels vous croyez ! 🙂 avec amour toujours simplement c’est le jeux du débat ! Ne le prenez pas personnellement 🙂

        J'aime

  6. J’ai aussi été végétarien en alimentation « hygiéniste » pendant 2-3 ans il y a presque 30 ans de cela. Je croyais mon choix définitif. Je me suis dénutri, surtout quand je suis passé à l’alimentation « hygiéniste » et j’ai heureusement laissé tombé hygiénisme et végétarisme.
    En passant, je me suis rendu compte que le « gourou » hygiéniste que je suivais était plus motivé par le fric que par autre chose.
    C’est souvent la grande désillusion pour les végés « débutants », s’imaginer que le végétarisme, le végétalisme rend « pur et honnête » et se rendre compte que ce milieu comporte au moins autant d’escrocs et de gens malveillants que le milieu « omni ».
    De plus, les végés oublient que « omni », cela veut dire « tout », mais que rien n’est imposé. Par exemple, on peut être allergique au poisson, ou même au boeuf et ne pas pouvoir en manger, ou tout simplement détester les produits laitiers en étant omnivore.
    En plus, ironie du sort, ne pas manger de produits animaux peut provoquer un état de stress qui se manifeste par de l’angoisse et de l’agressivité que cherchent justement à éviter ceux qui adoptent une alimentation végétarienne et surtout végétalienne.

    J'aime

    1. Oui les hygienistes sont vraiment les plus toxique d’entre nous car ils se basent sur des pseudo-sciences vraiment moyen-ageuses (types pas de cuisson car toxique …) Ce qui vous a causé du stress est tous simplement LA RESTRICTION CALORIQUE mposée par le crudivorise. Si vous auriez mangé du riz, des patat … vous n’auriez pas connu ce stress. Tous les produits animaux que vous cité n’ont aucun bienfait sur notre santé à part nous apporter des calories. quoique …

      J'aime

      1. Je n’étais pas crudivore et je mangeais « du riz, des patates… » et même des laitages et des oeufs. Ce qui a causé ma dénutrition était la dissociation des aliments pour soit disant ne pas produire de prétendues toxines dans les intestins, et probablement un excès de fruits, aliments réputés « idéaux » par les hygiénistes. « Tous les produits animaux que vous cité n’ont aucun bienfait sur notre santé… »: quelle prétention, quelle arrogance et quelle suffisance pour affirmer cela.

        Aimé par 1 personne

  7. La dissociation alimentaire, les aliments « idéaux » … Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre ! Et bien dites moi quels bienfaits on les PA sur notre santé ?

    J'aime

  8. Les Okinawans traditionnels consommaient environ 20-30 grammes de PA et un grosse majorité de glucides sous forme de patate douce, riz, légumes . Et sont réputés pour etre en excellente santé et indépendant encore a 95 ans … Comme quoi !

    J'aime

    1. Hé oui Starch Solution, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre! Et pourtant c’était à la base des arguments « scientifiques », pH de digestion des différents aliments, anatomie comparée avec les singes (qui sont omnivores, mais bon…), les même âneries « scientifiques » que les pseudo-arguments qui valident le végétalisme comme alimentation, alors même que sans supplémentation, cette alimentation est impossible à pratiquer.
      Valider le végétalisme en citant un peuple omnivore, les habitants d’Okinawa, est totalement absurde, et pourtant tu viens de le faire…

      J'aime

      1. Je n’ai jamais dit que je végétalisme strict était naturel 😉 Et oui je cite un peuple Omnivore mais qui est a 98 % végétalien . Si tu parle de B12 oui en effet, mais quand je vois le nombre incalculable d’omnivore qui se complémentent en tout plein de minéraux et vitamines je trouve que c’est un comble de parler de la praticité d’une alimentation. Oui tout plein d’âneries : https://lastarchsolution.wordpress.com/2016/11/30/manger-vege-effets-secondaires-part-1/
        https://lastarchsolution.wordpress.com/2016/12/02/manger-vege-effets-secondaires-part-2/
        https://lastarchsolution.wordpress.com/2016/12/05/manger-vege-effets-secondaires-part-3/
        https://lastarchsolution.wordpress.com/2016/11/07/lexces-de-proteines/
        https://lastarchsolution.wordpress.com/2016/11/07/les-oeufs-augmentent-les-risques-davc-de-diabete-de-maladies-cardiaques-et-de-cancer/

        J'aime

    2. Des PA ?
      Quand on me dit les mots Okinawa et longévité, je pense de suite à « graisse de porc » moi, tout comme cette vieille femme qui attribue son extraordinaire longévité à la graisse du suidé.http://www.foxnews.com/health/2016/08/22/119-year-old-woman-aims-for-worlds-oldest-title.html

      Je lisais que c’était les Chinois qui avaient exporté le porc à Okinawa, où on mange beaucoup de porc et de viande parce que l’île est « protégée contre l’influence bouddhiste », ou quelquechose du genre, contrairement à d’autres îles du Japon. J’ai fait une petite recherche pour retrouver une source fiable, voici ce que ça a donné (Okinawa + pigs, j’ai parcouru plein de pages de résultats google pour trouver les meilleures sources).
      J’en retire d’ailleurs la constatation suivante : les sources locales (japonaises) disent bien que c’est un repas très courant, alors que les sources occidentales minimisent la consommation de viande/porc par les Okinawais…

      « Okinawan cuisine: The Japanese food you don’t know
      http://travel.cnn.com/okinawa-restaurant-order-508481/
      From China came pork. Like the Chinese, Okinawans famously use every part of the pig “except for its squeal.”
      Swimming in a clear broth of pork, bonito fish flakes and konbu (kelp), Okinawa soba noodles are firm and slightly chewy. »

      « Pig in Japan: the nation’s most popular meat
      http://www.japantimes.co.jp/life/2011/10/28/food/pig-in-japan-the-nations-most-popular-meat/#.V7yXja8xmK0
      The most popular type of meat by far in Japan is pork. Nearly as much pork is consumed as chicken and beef combined. It is particularly popular in Okinawa, Kyushu, and the Kanto area. »

      « At Shin Okinawa Izakaya in Torrance, a tropical taste of Japan
      http://www.latimes.com/style/la-fo-find17-2008dec17-story.html
       »

      « Okinawan cuisine
      https://en.m.wikipedia.org/wiki/Okinawan_cuisine
      Another characteristic of Okinawan cuisine is its reliance on meat. The main protein sources of Okinawan cuisine are derived from livestock, specifically pigs. Buddhism spread less widely in Okinawa, and the islands were less influenced by the non-meat eating practices of the Tokugawa shogunate. Okinawan has had a culture of using livestock since the Edo era. An Okinawan saying states that Okinawan cuisine « begins with pig and ends with pig » and « every part of a pig can be eaten except its hooves and its oink. »[2] »

      « History and characteristics of Okinawan longevity food
      http://apjcn.nhri.org.tw/server/apjcn/10/2/159.pdf
      Pork cuisine and the meat eating culture
      In Okinawa, they have sayings such as, ‘Eat the entire pig
      and leave nothing, and ‘You can eat every part of a pig apart
      from its oink’. In other words, a feature of pork cuisine is the
      clever use of all the beast, including the pig’s legs and feet,
      ears, the skin of the face, heart, kidneys, lungs and other
      organs. »

      « Aguu, a native pig of Okinawa is one of the three greatest pigs
      in the world.
      Consuming pork is the culture tradition of Okinawa.
      Pork is essential for Okinawan cuisine.
      http://www.jpn-okinawa.com/en/products/pork/
      It is said that « everything is eaten except the oinking. » Pork contains high quality protein
      is rich in vitamin B1that is effective for recovering from fatigue.
      The leg, skin, face ears of the pig are commonly eaten in Okinawa they are rich in collagen
      which keeps the elasticity of the skin.
      Aguu, the Okinawan native pig contains less fat, less cholesterol is rich in glutamic acid
      that gives a rich flavor compared to other pork.
      The people of Okinawa eat pork almost every day take in enough protein,
      therefore many elderly are healthy regardless of their age. »

      The culinary treats of Okinawa are treats for the body
      https://www.yahoo.com/news/the-culinary-treats-of-okinawa-are-treats-for-the-body-062627356.html »

      Attention à ne pas fantasmer un ailleurs tels qu’on voudrait qu’il corresponde à nos croyances, nos souhaits, à nos fantasmes du moment…

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, les fantasmes des occidentaux qui rêvent d’un ailleurs nécessairement plus pur et meilleur, alors que nous sommes plutôt bien loti par rapport au reste du monde.
        C’est comme l’Hygiénisme qui voit dans le chimpanzé un animal doux et en parfaite santé, grâce à son mode de vie naturel, alors que les chimpanzés sont des animaux territoriaux, violents et son bourrés de parasites, à tel point qu’ils vivent plus vieux en captivité!
        Et en plus, ces « frugivores végétaliens », chassent! Comme nous, mais avec l’humanité en moins, c’est un vrai massacre! https://www.youtube.com/watch?v=g_g-aywmB3E

        J'aime

      2. C’est un phénomène de déréalisation du vivant. On est dans la projection à mort ^^ Ca me rapelle le nombre de fois qu’un vegan me dit que les Bishnoi sont vegans, alors que sur le premier lien Wikipédia qui passe, on voit une dame Bishnoi traire une chêvre et lui tirer la patte pour ce faire … Un jour on m’a sorti que jesaispukeltribu lointaine était végane, un petit tour sur Google a suffit à trouver des images atroces (pour ma sensibilité occidentale^^) de sacrifice de rhinocéros. Le degré de désinformation est proprement hallucinant !

        J'aime

      3. Ca me rapelle l’ouvrage « de la réconciliation chez les primates », ou après avoir été confrontés à une scène de viol-torture dans le groupe de singes observés, les chercheurs confessent en avoir « voulu » aux singes observés, tout en ayant conscience que leur prisme d’observation était le leur. Un biais quoi. Pas facile de mettre sa jauge morale de côté….

        J'aime

      4. Moi aussi. Amusant de constater comme les graisses sont un sujet tabou et donnent lieu à des lectures de l’histoire .. fantaistes : http://wholehealthsource.blogspot.fr/2008/03/okinawa-and-lard.html Je réitère que Okinawa = de généreuses quantités de viande, graisse de porc, ainsi que les autres morceaux de l’animal. Attention au révisionnisme … http://www.tendergrassfedmeat.com/2011/03/01/eat-fat-live-long%E2%80%94the-real-food-of-okinawa/

        Aimé par 1 personne

      5. Différence en Okinawans TRADITIONNELS ( 1950 environ) et MODERNES ( 2000 environ)

        http://www.huffingtonpost.com/dan-buettner/okinawa-blue-zone_b_7012042.html
        « The meat in their diet gave me pause. When I first struck off on my Blue Zones research in 2000, I was absolutely convinced that I’d find that a vegan diet yielded the greatest health and life expectancy. So when I discovered that older Okinawans not only ate pork but loved it, I thought their example must be an outlier — that they were living long despite pork. Pork is high in saturated fat, which, when consumed in excess, often leads to heart disease. But again, we learn a few lessons. Okinawans stewed the pork for days, cooking out and skimming off the fat. What they ate, in the end, was the high-protein collagen. » Ce n’est pas les okinawans tradi dont vous parlez mais des modernes ( années 2000 ).

        http://www.okicent.org/docs/500s_willcox_okinawa_diet.pdf

        https://en.wikipedia.org/wiki/Okinawa_diet

        https://books.google.fr/books?id=gGrUNvZt0_YC&pg=PA3784&lpg=PA3784&dq=low+fat+low+protein+okinawa&source=bl&ots=IImgHSC4D6&sig=DhiJzKN81rfAE7b25Mlj8L1Pho4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjR9p2my_HRAhVCuxQKHVPJAQo4ChDoAQgpMAI#v=onepage&q=low%20fat%20low%20protein%20okinawa&f=false

        J'aime

  9. Si on remplace la viande par plus de féculents, bien sûr qu’on finit avec des carences… On peut tout a fait être en bonne santé en étant végé, il faut juste s’informer un peu. Par rapport aux troubles alimentaires, devenir vegan à guéri les miens 😉 Je pense que le problème était juste qu’il n’y avait pas les bonnes motivations pour devenir végé depuis le départ. Les problèmes de santé étaient juste un prétexte pour céder à la nourriture. Je pense que quand on est réellement sensibilisé au problème, c’est moralement impossible de remanger de la viande.

    J'aime

    1. Bonjour Metalli. Il y aurait donc de bonnes et de mauvaises raisons d’être vegan. Intéressant. C’est quoi la différence entre un bon et un mauvais végan ? Comment on définit ça ? Qui définit ça ? Quand définit on ça ? Au terme de la vie de la personne je suppose ? Que devraient faire les mauvais vegan pour devenir de bons vegan ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s