Une vitamine A sous-estimée par les végans

l’arbre de la B12 qui cache la forêt des carences vegans !

Depuis que j’ai réexaminé ma copie à propos des végétarismes et notamment sur le très radical véganisme, je me suis rendu compte qu’ils étaient perclus d’écueils. Le discours végé qui pointe en permanence la B12 – le micronutriment qui pose de manière automatique et certaine un soucis dans un régime végétalien – permettaient de glisser sous le tapis tous les autres nutriments problématiques selon le contexte. Le silence pudique des végans sur la question, ou bien le « veuillez circuler y a rien à voir » me semble une manœuvre bien trop grossière pour être prise au sérieux. Je finis même par me demander si il n’y aurait pas quelque chose de l’ordre du fait que l’opinion majoritaire puisse admettre qu’il y ai UN SEUL truc qui pose un soucis dans le régime végan (la B12 donc), comme les fameuses exceptions qui « confirmeraient la règle », mais que d’admettre qu’il puisse y avoir d’autre vitamines manquantes soit intolérable pour des raisons de l’ordre quasi symbolique. Comme si admettre contraint et forcé qu’un DEUXIEME nutriment soit un soucis pour un végétalien entraîne la logique de « ptet qu’il y en a d’autres »…. Jamais deux carences sans trois ?

beurre
De plus, je me demande également dans quelle mesure psychologiquement le fait que la dite vitamine qui puisse poser un problème dans un régime végétalien soit également la première lettre de l’alphabet ne soit pas trop dur à supporter pour l’opinion végé ?

Je suggère enfin chaleureusement et mesquinement aux végé de faire la liste des vitamines qui ne POSENT PAS de problèmes dans un régime végétalien, ce sera peut être plus honnête ? (oooh je suis taquine 😉 )

Voici donc un article de mon très cher ami Sylvain du blog Clair et Lipide qui jette la lumière sur la toute première vitamine de l’alphabet.

Clair et Lipide

Ma réflexion est partie de cette discussion (déjà abordée ici) :

mytheS’ensuit donc un galimatias  entre Ségolène et moi sur la vitamine A. Rétinol (vitamine A animale) ou bêta-carotène (vitamine A végétale) ?

Mon point de vue étant que les deux micronutriments ont leurs avantages et leurs inconvénients. A priori l’idéal étant d’avoir un apport des deux, pas uniquement l’un ou l’autre.

Le Rétinol :on le trouve dans certains produits animaux, notamment le foie (de morue par exemple !), ou encore les œufs, ou le beurre.

+ Il est prêt à l’emploi, pratiquement rien à faire (sauf pour produire de l’acide rétinoïque, une autre forme de la vitamine A, mais conversion aisée). On dit que c’est de la vitamine A préformée.

La toxicité est reconnue et très vite atteinte en cas de surconsommation, surtout en cas de statut de vitamine D faible. Attention aux mangeurs de…

Voir l’article original 1 708 mots de plus

Publicités