Les végétarismes ne sont pas des féminismes

Le mythe végétarien vous gratifie de la traduction vite faite mal faite de cet article paru dans The Independant. Et oui, je suis bénévole et je prends sur mon temps d’honnête mère de famille pour produire du contenu. J’ai également du produire mon adresse mail et ma date de naissance afin d’avoir accès à l’intérgralité de l’article. Admirez mon dévouement pour la cause.

Cet article vaut ce qu’il vaut, et est bancal par la forme, merci Deepl. Il n’en demeure pas moins qu’il aborde des points essentiels sur le plan nutritionnel, je pense au fer notamment, mais également aux protéines, bien que ce sujet soit largement moqué en véganie, et pourtant, vous reprendrez bien un peu d’indice DIAAS ? Pour en aprendre davantage sur le sujet, voiçi un lien végan qui essplique comme ça les lecteurs de la croyance d’en face pour qui les sites d’informations percus comme omnivores et donc frappés du sceau du tabou ( au sens premier éthymologique *intouchable*) pourront cliquer dessus sans souiller leur souris ou leur pad.

Qu’une idéologie soit très jolie sur le papier ou pas, la biologie se rebiffe, l’atome de fer englobé dans sa sous-unité protéique de l’hémoglobine ne s’y laisserait pas tromper.

Sur ce commentaire martial, je vous laisse lire tranquillement.

Olympe de Gouges, une femme dans la Révolution Française | Les Passionnés  D'Histoire Amino
Olympe de Gouge au bûcher, pas au boucher.

____________________________

Les jeunes femmes qui consomment peu ou pas de viande rouge et de produits laitiers sont un public à risque de risque développer des carences en vitamines qui pourraient entraîner des problèmes de santé plus tard dans la vie.

Le professeur Ian Givens, directeur de l’Institut pour l’alimentation, la nutrition et la santé de l’université de Reading, a déclaré lors d’une réunion d’information au Science Media Centre que la moitié des jeunes femmes âgées de 11 à 18 ans avaient une consommation inférieure au niveau minimum recommandé de fer et de magnésium.

Un quart des femmes de cette tranche d’âge consomment trop peu d’iode, de calcium et de zinc, a-t-il ajouté. Le professeur Givens a averti que les jeunes femmes étaient plus exposées que les hommes au risque de développer des carences nutritionnelles, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que les femmes sont « plus sensibles aux messages diffusés sur les effets néfastes » de la viande et des produits laitiers sur l’environnement.

Féminisme et végétarisme : les deux faces d'un même combat ? – Sorocité
A quand un féminisme omnivore ? Parce que ça urge là

Au cours de la séance d’information sur les sources alternatives de protéines, le professeur Given explique que s’il existe de bonnes raisons environnementales de réduire la consommation de viande, le passage à un régime alimentaire plus végétal doit se faire « avec une certaine prudence ».

« Nous avons déjà une situation nutritionnelle globale qui est assez fragile à bien des égards et pour certains points, je pense que nous ne sommes pas à l’abri de découvrir des situations pathologiques induites par ces carences dans un futur plus ou moins proche.

« L’adolescence est une période absolument critique pour le développement osseux. Si vous ne vous alimentez pas correctement, cela aura des conséquences majeures en termes de santé osseuse chez les personnes devenues âgées, augmentant le risque de fractures qui peuvent réduire la qualité de vie. »

Les données de l’agence de vérification du crédit Finder ont révélé cette semaine que 14 % des adultes britanniques (7,2 millions) suivent actuellement un régime sans viande, et que 8,8 millions de personnes supplémentaires prévoient de réduire leur consommation de viande cette année.

Le végétarisme est le régime sans viande le plus populaire, avec environ 3,3 millions de Britanniques qui l’adoptent, suivi par le pescetarisme (2,4 millions) et le végétalisme (1,6 million).

Le professeur Givens explique que des comparaisons plus larges entre les avantages de la viande et des produits d’origine végétale devraient être fournies, afin de montrer si les alternatives à la viande et aux produits laitiers fournissent la même quantité de nutriments que leurs homologues d’origine animale.

Anna Mapson, nutritionniste agréée chez Goodness Me Nutrition, rapelle à The Independent que les adolescentes ont particulièrement besoin de niveaux élevés de fer et de calcium dans leur alimentation. Si elles présentent des carences en ces nutriments, cela peut entraîner des problèmes tels que l’anémie et l’ostéoporose lorsqu’elles vieillissent.

États-Unis. “The Repro Right Zine”, la revue féministe qui tombe à pic
Et c’est toujours les bonnes-femmes qui trinquent

S’il est possible de suivre un régime végétalien équilibré, cela demande beaucoup de planification (*le fameux komilfo, ndlt), de comprendre quels sont les nutriments qui manquent dans les sources végétales, et quels sont les compléments nécessaires pour les compenser, dit Mapson.

« Par exemple, les oméga-3 font vraiment défaut dans un régime végétarien, mais ils sont très importants pour la santé du cerveau. Les enfants âgés de 11 à 18 ans ont un cerveau qui se développe encore et ils ont besoin de DHA préformé pour le soutenir.

« Vous pouvez obtenir des oméga-3 par le biais de certains produits d’origine végétale, mais vous devez les convertir en une forme appropriée, et vous n’en obtenez pas beaucoup. Les noix, les graines de chanvre et les graines de lin peuvent en apporter un tout petit peu, mais je recommande aux végétaliens de prendre un supplément d’oméga-3 préformé », ajoute-t-elle.

Les autres compléments qu’elle recommande aux personnes suivant un régime végétalien ou végétarien sont la B12, la vitamine D et les multivitamines. Elle exhorte les gens à consulter un nutritionniste ou un médecin qualifié s’ils ne sont pas sûrs de ce dont ils ont besoin.

Elles sont filles (ou plutôt femmes), elles aiment la viande et le  revendiquent - Les Filles à Côtelettes - Food & Sens
Une gonzesse qui fait komilfo ?

Mme Mapson met également en garde les personnes qui envisagent de passer à un régime végétalien contre le fait de passer à des substituts de viande végétaliens sans ajouter différents types de légumes à leur rotation de repas.

« Concentrez-vous sur un bon régime à base de plantes plutôt que sur une alimentation reposant essentiellement sur des produits transformés, car vous obtenez alors plus de nutriments. Ne vous contentez pas de troquer vos saucisses animales pour des knackis végan », précise t’-elle.

« Des recherches ont montré que le fait de manger jusqu’à 30 aliments différents à base de plantes par semaine est vraiment bon pour la santé de vos intestins, c’est donc une chose à garder à l’esprit si vous envisagez de devenir végétalien. Veillez à avoir une alimentation aussi variée que possible pour vous assurer d’obtenir autant de nutriments que possible. »

_________________________

La lecture de ce torchon karnist vous était offerte ni par Bill Gates ni par la Silicon Valley qui investissent dans la viande cellulaire et qui rachètent des terres pour y faire pousser des layguoumieuzes, en tant que grand mécène éthique de l’humanité. C’est pas moi qui le dit, c’est France soir, média militant s’il en est.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s